IMAGE, ICÔNE, ICONOGRAPHIE

La Paroisse orthodoxe bulgare de Paris Saint-Patriarche-Euthyme-de-Tarnovo,

L’Institut culturel bulgare de Paris

Avec la bénédiction de Son Éminence Monseigneur Antonii,

Métropolite des églises bulgares en Europe occidentale et centrale

Sous le Haut Patronage de S.E.M. Anguel Tcholakov, ambassadeur de la République de Bulgarie en France

Présentent l’exposition

IMAGE, ICÔNE, ICONOGRAPHIE

À l’occasion du 25e anniversaire de la création de la chaire « Arts ecclésiastiques »

Auprès de la Faculté de théologie de l’Université de Veliko Tarnovo

Saints-Cyrille-et-Méthode

Vernissage le 6 avril 2017 à 18h30. Avec la participation de la chorale de l’église Saint-Patriarche-Euthyme-de-Tarnovo à Paris.

L’exposition, qui comprendra les œuvres (icônes, sculptures en bois, reproductions de fresques et de mosaïques) de plus de 40 iconographes se tiendra du 06 avril au 18 mai 2017 à l’Institut culturel bulgare, (28 rue la Boétie, 75008 Paris).

Dans le cadre de l’exposition le 21 avril 2017 à 18h30 Hélène Bléré présentera son livre Le langage de l’icône. Lumière joyeuse, ainsi que ses derniers travaux iconographiques : les fresques de la chapelle du monastère de la Transfiguration (métochion du Simonos Pétra) situé en Dordogne.

Unique en son genre, la chaire d’« Arts ecclésiastiques » a été fondée en 1992, à la Faculté de théologie orthodoxe de l’Université de Veliko Tarnovo Saints-Cyrille-et-Méthode sous le nom d’« Iconographie ».

Créée pour répondre aux besoins de l’Église orthodoxe quant à la formation d’iconographes, spécialisés aussi bien dans l’écriture de l’icône que dans la réalisation de fresques et de sculpteurs sur bois, elle fait face, avec succès, à ce défi exigeant.

Sa mission première – à savoir, faire revivre et préserver les traditions orthodoxes iconographiques – se transforme, par un élan fructueux, en une reviviscence de l’art liturgique orthodoxe contemporain.

Cette ferveur, suivie aussi bien par les enseignants que par les élèves, résulte de la richesse de l’art chrétien, de sa profondeur, de son essence.

Le désir d’établir des contacts fructueux et durables avec des chaires homologues à l’étranger a conduit, au fil des années, à de nombreuses manifestations communes : expositions, colloques, conférences qui deviennent des fêtes de l’icône et de la spiritualité orthodoxe.

La chaire « Arts ecclésiastiques » a formé environ 400 iconographes-peintres, qui conçoivent et réalisent avec succès des icônes, des fresques, des mosaïques, des sculptures sur bois pour des dizaines d’églises en Bulgarie comme à l’étranger tout en participant à divers forums, expositions et en donnant naissance à des groupes créatifs et des ateliers.

Leurs œuvres sont la conception et la création de plusieurs projets englobant l’ensemble de l’ornement artistique et spirituel d’une église. Les connaissances qu’ils acquièrent leur permettent d’intégrer un large éventail d’institutions culturelles et publiques telles que galeries, musées, écoles et bien d’autres encore. Certains d’entre eux se destinent à la recherche dans le domaine de la théorie de l’art et de la science des images, l’iconologie.

L’art, l’écriture et la culture de la Bulgarie ont douze siècles d’histoire inextricablement liée au christianisme. La chaire « Arts ecclésiastiques » est l’une des rarissimes instances destinées à la préservation et au développement du patrimoine culturel de l’Europe de l’Est à travers sa compréhension et son interprétation dans le monde d’aujourd’hui.

*
L’icône n’est ni une invention humaine ni une simple création artistique. L’icône incarne la tradition de l’Église. En effet, suivant le septième concile œcuménique, le Christ est non seulement la véritable icône du Père, mais également le prototype de toutes les autres icônes, préservées et véhiculées par et dans la tradition ecclésiale.

      *
L’iconographe, qui a pour vocation de présenter l’icône d’une manière appropriée, accomplit une œuvre fondamentale, car il est « la main » de l’Église, qui exprime sa vie et son expérience. Par voie de conséquence, il est appelé à vivre en l’Église tout en marchant sur le chemin de la sainteté. C’est seulement ainsi qu’il sera à même d’exprimer le monde des icônes, qui renvoie à l’état de la sainteté et à la réalité transfigurée en Christ.

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment